Chewing-gum bio et maison

FaitesVosChewingGumBioMaison

Les chewing-gum que vous trouvez dans le commerce sont fait à partir de pétrole, autant dire que ce n’est bon ni  pour votre organisme ni pour l’environnement (quand vous jetez un chewing-gum classique, il met 5 ans à se dégrader…). Nous vous proposons ici une recette pour faire vous même vos chewing-gum bio à la maison, à partir d’ingrédients très facile à trouver dans le commerce. C’est parti !

Les ingrédients

!! Attention aux allergiques et intolérants au gluten !!

–  Du gluten pour la base (en magasin bio)

-  Du sirop ou jus de fruit pour le goût

-  Glycérine alimentaire pour lubrifier la gomme et éviter qu’elle ne durcisse (en pharmacie ou en supermarché, sinon ici: http://goo.gl/OTRXZj)

-  Optionnel : Des colorants alimentaires, m’enfin c’est pas très très naturel, comme vous préférez c’est juste pour faire plus joli.

Le matériel

-  Un récipient pour faire le mélange

-  Une cuillère à soupe pour doser le gluten et la glycérine

-  Une assiette pour les finitions de texture

La procédure

Etape 1 : la pâte

Mettez dans votre récipient 1 cuillerée à soupe de gluten pour 50 millilitres de sirop (soit environ 3 cuillerées à soupe). Ensuite mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène (c’est à dire sans grumeaux de gluten).

Optionnel : C’est aussi à cette étape que vous pouvez ajouter quelques gouttes de colorant puis bien mélanger (1 goutte par cuillère à soupe de gluten pour une couleur légère, 4 goutte pour une couleur bien franche). Le colorant doit être le même que celui de votre sirop si vous souhaitez en accentuer la couleur, mais en réalité, les couleurs comme les goûts, vous appartiennent.

N’hésitez donc pas à faire des mélanges de couleur avec le sirop et divers colorants, et même à mélanger des pâtes de couleur différentes pour les marbrer.

N.B.: Le sirop (ou le jus de fruit) sera plus ou moins dilué dans de l’eau en fonction de vos goûts. Plus il reste concentré, plus l’arôme de votre chewing-gum sera puissant. Vous pouvez aussi faire des mélanges de saveurs !

Etape 2 : la texture

Ajoutez une demi cuillerée à soupe de glycérine par cuillerée à soupe de gluten et mélangez bien.

Étalez un peu de gluten dans une assiette.

Faites une boule avec la pâte prise dans votre récipient et roulez la dans l’assiette de gluten, comme si vous vouliez la panner au gluten.

Malaxez la boule jusqu’à ce que le gluten qui la recouvre soit bien incorporé et mélangé à la pâte.

Recommencez l’opération jusqu’à ce que la pâte soit suffisamment élastique pour vous.

Etape 3 : vos chewing-gums

Fractionnez la pâte en petite boules de chewing-gum et donnez leurs la forme que vous voulez.

Laissez reposer deux heures.

Voilà, c’est prêt !

 

 

Leçon de choses : pour les scientifiques en herbe

Vous pouvez donc encore ajouter du gluten pour voir ce qu’il se passe, ou refaire la manip avec très peu de gluten ou simplement en ne mettant pas de glycérine et en attendant que ça sèche (vous verrez ça devrait durcir). A chaque fois jouez un peu avec la pâte, étirez la etc… Les explications ci-dessous.

Nous verrons les définitions de : viscosité, élasticité, plasticité et ductilité.

Explication : le gluten est principalement constitué de deux types de protéines, dont l’une, les gliadines, sont constituées de molécules longues comme des spaghettis qui s’entremêlent et se lient entre elles lorsqu’elles sont hydratées (je vous rappelle que nous avons ajouté de l’eau contenue dans le sirop et de la glycérine qui hydrate le mélange. N.B.: les gliadines ne sont pas solubles dans l’eau mais la glycérine oui).

Ces liaisons sont de deux types. Des liaisons covalentes ou les molécules se lient fortement entre elles (et aussi sur elle même, comme si le spaghetti se liait à lui même en format des boucles), et des liaisons plus faibles, non covalentes, disons donc des “attractions” entre molécules plus que des liaisons.

image

Les liaisons faibles font que les spaghettis s’attirent entre eux mais peuvent néanmoins se déplacer les uns par rapport aux autres et l’ensemble peut donc s’écouler. Plus ces liaisons sont fortes et les molécules longues et entremêlées, plus l’écoulement est difficile, c’est ce qu’on appelle la viscosité. L’eau par exemple ce sont de petites molécules qui s’attirent un peu, ce n’est pas très visqueux, c’est même assez fluide. Au contraire le dentifrice est très visqueux.

image

Les liaisons fortes entre les spaghettis font que quand on étire pas trop fort tout le plat de spaghettis (votre pâte), il se déforme, mais quand on le lâche, l’ensemble reviens à sa place. C’est ce qu’on appelle l’élasticité.

image

Ces liaisons fortes donnent aussi un peu de plasticité à la pâte. Sa plasticité c’est que lorsque vous la déformez davantage, elle ne reviens pas en place et reste déformée. En effet certaines liaisons fortes sont rompues quand vous déformez la pâte un peu plus fort, et elle ne reprend pas complètement sa forme d’origine, et même pas du tout si vous tirez vraiment fort en cassant trop de liaisons. Un peu comme se comporte de la pâte à modeler.

image

Quand les liaisons fortes sont rompues par un étirement, et que cette rupture se propage sous l’effet de ce même étirement (comme une fermeture éclair qui s’ouvre), alors l’ensemble se casse. Plus l’ensemble peut se déformer avant la cassure, plus on dit qu’il est ductile. Dans l’exemple ci-dessous, © est plus ductile que (b), qui est lui même plus ductile que (a).

image

Histoire

Des équivalents au chewing-gum sont connus depuis la préhistoire, par exemple la sève de conifères (le pin notamment), qu’on peut faire chauffer dans une boite de conserve pour les plus roots d’entre vous afin d’évaporer certain produits pas cool.Puis les grecs il y a plus de 6.000 ans et les égyptiens fabriquaient de la gomme à mâcher avec de la résine de pistachier lentisque.

Ceci-dis le vrai de vrai c’est le chiclé, fait à base de sève de sapotillier déjà il y a 5.000 ans par les Mayas en Amérique centrale et haut de l’Amérique du Sud.Il est devenu un produit du commerce après que le général (et ex. président du Mexique) Antonio López de Santa Anna ne soit chassé de chez lui, lâché par ses alliés politiques en 1855, et ne s’exile – entre autres – à New-York, où il arrive avec une cargaison de 250 kg de sève séchée de sapotillier qu’il pense être un bon substitut au caoutchouc. Il missionne son secrétaire Thomas Adams de Hoboken pour vendre sa cargaison, mais le chiclé se révélant impropre à remplacer le caoutchouc, Adams ne pût le vendre en l’état et après un an de tentatives commerciales infructueuses il conserva le stock.

En 1874, bénéficiant d’une amnistie, le général Santa Anna rentre chez lui sans reprendre le stock, le laissant à Adams.

image

Il paraîtrait qu’en voyant une enfant mâcher de la paraffine dans une pharmacie, Adams se souvint qu’au Mexique il mâchait du chiclé et eut l’idée de faire des bandes de gomme à mâcher (comme la paraffine) avec son stock, et de les vendre au pharmacien pour moins cher que la paraffine. Le pharmacien vendit tout le stock à 1 cents le chewing-gum, donc Adams renouvela son stock de chiclé pour 55 dollars via des amis mexicains qui pouvaient lui en procurer à un très bon prix.En 1876 il fonde la “Adams Sons and Company” avec ses deux fils, puis industrialise sa production. Sa croissance est si rapide qu’en 1899 il fusionne avec les six plus gros fabricants de chewing-gum des Etats-Unis pour former le numéro un mondial de la gomme à mâcher.

image

Alternatives au gluten

– La gomme de base peut remplacer le gluten, mais elle est beaucoup plus chimique et ne se trouve que sur commande en pharmacie. De plus elle nécessite une étape supplémentaire: Il faut la chauffer au bain marie à 100°C jusqu’à ce qu’elle soit complètement fondue. Ensuite vous pouvez l’utiliser comme si c’était le gluten du tuto et suivre les étapes ci-dessus.

– Le chiclé, mais c’est difficile à trouver (certaines épiceries bio mais rare, sinon il faut contacter des coopératives directement, en espagnol, au Mexique ou au Guatemala par exemple celles de Santa Elena ou San Benito Peten au Guatemala).

РLa gomme arabique: peut se trouver en pharmacie mais un peu compliqu̩, sinon certaines ̩piceries orientales.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

4 comments