La chimie amoureuse : un cocktail bien dosé

Lorsque vous tombez amoureux, c’est un peu une bombe chimique qui explose dans votre tête. Votre cerveau réagit comme si vous étiez à la fois sous cocaïne et sous alcool – drôle de cocktail.

Les étapes de la relation amoureuse s’entendent sur beaucoup de plans : chimiques, psychologiques, culturels, intellectuels… La liste est longue. Cependant ces facteurs sont tous liés entre eux, avec une influence très forte de la chimie.

Chimie

Comme c’est complexe dans le détail, nous allons simplifier, et schématiser en 3 étapes. Ces étapes ne sont pas complètement distinctes et en réalité se recouvrent un peu les unes les autres.

Phase 1 : la rencontre (le désir sexuel et relationnel).
On ne sait pas encore bien ce qui déclenche le désir et l’attraction pour l’autre (Phéromones ? Compatibilité / complémentarité génétique ?), en revanche lorsqu’il se déclenche, et ça peut prendre 1/5eme de seconde (le flash du coup de foudre), vous prenez d’un coup :
. Une décharge de dopamine, qui donne de la noradrénaline (ou norépinéphrine), qui elle même donne de l’adrénaline, bref un bon petit mélange maison, qui d’un côté vous angoisse et vous stresse – en général dans le bon sens du terme – et d’un autre côté vous stimule, vous fait voir la vie en rose, croire que tout est possible, que vous êtes invincible, et surtout concentre tout votre corps et votre tête vers un objectif unique : le ou la pécho.

Phase 2 : La passion (l’amour romantique).

. Une fois la relation établie, les caresses, les baisers, les rapports physiques, les orgasmes, font libérer de l’ocytocine par votre cerveau. Elle vient vous détendre, un peu comme l’alcool, soutenir votre désir sexuel et vous donner confiance en l’autre. Le plaisir qu’on en tire active des circuits de « récompense », un peu comme la drogue, qui nous rendent accro.
D’ailleurs lorsque vous regardez une photo de la personne que vous aimez, et bien cela allume les même zones du cerveau que si vous aviez pris de la cocaïne. Balaise le sentiment amoureux non ?
Anecdote : notez aussi que pendant l’orgasme, le cortex orbitofrontal latéral se met en pause. Qu’est-ce que ça veut dire ? Et bien que vous ne raisonnez plus, ne vous auto-évaluez plus, vous perdez tout contrôle, vous êtes littéralement une bête !

Par contre si en phase 1 l’attraction n’est pas réciproque, malheur à vous, vous êtes stressé, dopé à l’adrénaline, mais pas d’ocytocine pour vous faire sentir bien ni de sérotonine pour calmer l’adrénaline… Oups. Là le rêve se transforme en cauchemar… Bon rassurez vous, c’est passager, et votre coup de foudre suivant viendra effacer celui là, soyez juste un peu patient et voyez du monde.

Phase 3 : l’attachement à long terme (entente, complicité, affection).

. Enfin la libération de sérotonine viens calmer la dopamine de la phase 1, et petit à petit le contrôle est pris par l’ocytocine, qui réduit l’anxiété et renforce notre désir sexuel comme nous l’avons déjà vu, et la vasopressine, qui nous tempère, nous attache, nous rend fidèle à l’autre.
Par exemple: Le campagnol des champs (sorte de souris), dont le cerveau contient beaucoup de récepteurs à la vasopressine, est très famille, monogame, défend sa femelle et s’occupe de ses enfants. Le campagnol des montagnes lui, qui possède beaucoup moins de récepteurs à la vasopressine, est infidèle et asocial. CQFD.

Un certain nombre de neurobiologistes disent que l’amour dure 3 ans, car c’est le temps nécessaire à un couple pour se reproduire et rendre le petit autonome (d’un point de vue biologique en tout cas). Et bien sachez qui ce n’est pas toujours le cas. Lorsqu’on étudie des couples longue durée (plus de 10 ans), dans beaucoup de cas ce sont des couples encore amoureux. Alors c’est vrai que si on étudie ce genre de couples, on oublie de regarder ceux qui se sont séparés avant et le panel que l’on étudie est de fait plus susceptible de contredire la règle des 3 ans.

Il n’empêche qu’il ne faut pas en faire une généralité. Bien souvent quand on a trouvé la bonne personne, même si l’amour change progressivement de nature, et encore pas toujours, il peut durer beaucoup, mais alors vraiment beaucoup plus longtemps.

Psychologie

L’amour passionnel est un état proche de la folie, eh oui, quand vous êtes amoureux « fou » comme on dit, vous êtes… juste fou en fait :)
Il dépersonnalise le sujet et provoque un trouble obsessionnel de l’autre. Si on mesure la concentration dans le sang de la protéine 5HTT (le transporteur de la sérotonine, qui en régule la concentration dans le sang et dans le cerveau), elle est la même chez un patient soufrant de troubles obsessionnels et chez un amoureux transi ! (Etude de Donatella Marazziti de l’Université de Pise en Italie).

Notez tout de même que cet attachement fort est utile dans notre processus de reproduction et comme pour tout dans la vie, seul l’excès peut le rendre pathologique (maladif).
Alors pour le plaisir de citer Rudyard Kipling  » […] Si tu peux être amant sans être fou d’amour, […] Tu seras un homme, mon fils. ».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

2 comments